Un homme condamné pour rébellion après la manifestation pro-palestinienne

L’homme était jugé en comparution immédiate à l’issue de sa garde à vue pour des faits qui se sont produits dimanche après 20h, dans le XVIIIe arrondissement, alors qu’il rentrait de la manifestation pro-Palestinienne avec son frère et un ami.


Ce manutentionnaire de 23 ans né à Tarbes était accusé d’une part d’avoirdonné un coup de poing à un policier – qui n’a pas été blessé – alors que cet agent et ses collègues voulaient contrôler l’identité de son frère qui portait un keffieh, et de l’autre d’avoir résisté à son interpellation.

Une « bavure » et un « racisme latent » de la police pour son avocat

« Les policiers sont sortis de leur voiture en ‘mode sauvage' », a-t-il déclaré,niant devant le tribunal avoir porté un coup. « Ils sont descendus parce qu’on portait le foulard et le drapeau palestinien, ils sont descendus pour nous casser la bouche », a-t-il ajouté, disant s’être interposé pour protéger son frère. « Si j’avais voulu me battre contre des policiers, je l’aurais fait à Bastille », a-t-il poursuivi, les yeux rivés au sol.

Son avocat, Me Nicolas Putman a plaidé la relaxe en dénonçant une « bavure et un racisme latent » de la police : « On ne peut pas exclure qu’il soit tombé sur des policiers qui voulaient se faire un Arabe », a-t-il avancé. Estimant que le prévenu, déjà condamné par le passé pour d’autres faits, n’avait pas à intervenir pendant le contrôle d’identité de son frère, le procureur a requis une peine de cinq mois d’emprisonnement.

En début de soirée, la présidente l’a relaxé des faits de violences, mais l’a condamné pour « rébellion » à quatre mois de prison ferme, ordonnant un mandat de dépôt. Deux autres personnes qui avaient également été interpellées, pour rébellion et participation à un attroupement armé, ont fait l’objet d’un rappel à la loi du délégué du procureur, a précisé la source judiciaire.

Quatre autres jugements attendus

Quatre autres personnes seront jugées ultérieurement en correctionnelle pour « violences sur les forces de l’ordre » ou « rébellion » après les échauffourées ayant eu lieu en marge de ce défilé. Ces incidents violents survenus à proximité de deux synagogues parisiennes ont suscité l’émoi de la communauté juive.


Plusieurs milliers de personnes (7.000 selon la police, 30.000 selon les organisateurs) ont manifesté dimanche à Paris leur soutien à la population de Gaza, cible depuis plusieurs jours d’une offensive israélienne. De premiers heurts ont eu lieu à la fin de la manifestation, place de la Bastille. Les CRS ont dû aussi intervenir pour mettre fin à un début d’échauffourée devant la synagogue de la Roquette (XIe arrondissement), où se trouvaient des membres de la Ligue de défense juive (LDJ).

Source : http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/paris-un-homme-condamne-pour-rebellion-apres-la-manifestation-pro-palestinienne-7773245186

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *